C’est comment être célibataire à bientôt 30 ans ?

J’ai lu un article de Garance Doré il y a quelques jours, qui parlait du célibat à plus de 40 ans. Comme d’habitude, c’était brillant, criant de vérité, et très touchant. Alors je me suis dit que j’allais écrire un article sur ce que c’était que d’être célibataire à bientôt 30 ans.

C’est changer le “1m95, blond, épaules larges, plus de 80 kilos, bilingue Anglais, né ailleurs qu’en France, qui pratique un sport stylé type rugby ou waterpolo, tatoué, investi dans le bénévolat, études supérieures, sensible à la cause animale” que tu avais en tête quand tu avais 20 ans, en “poli”.

 

Puis changer le “poli” en “qui ne regarde pas son téléphone alors que je lui parle”

 

Puis en “ne regarde son téléphone que trois fois max quand je lui parle”

 

Avant de te dire que non, tu ne te contenteras pas d’un mec impoli en fait. Point barre.

 

C’est rencontrer des mecs, savoir que cela ne va pas marcher parce que tu le sens dans tes tripes, mais essayer quand-même. Arrêter. Essayer. Arrêter. Et puis te dire que ce que tu dois arrêter, c’est surtout de te faire du mal. Et commencer à écouter ce que ton corps te dit.

 

C’est crier à qui veut bien l’entendre que tu es une femme forte et indépendante et que de toute façon tu n’as pas besoin d’un mec pour être pleinement épanouie, et d’avouer après trois Spritz que quand-même, ça te manque d’être amoureuse.

 

Et demander entre deux sanglots et cinq Spritz que “ILLLL EST OUUUU LE BOOOOON ????”

 

C’est dire que de toute façon tu adopteras un bébé seule si a 35 ans tu n’as pas rencontré celui avec lequel tu voudrais partager ta vie.

 

C’est regarder Sex and the City et se dire “putain mais de ouf”

 

C’est regarder l’Auberge Espagnole, les Poupées Russes, Casse Tête Chinois et se dire “AH OUAIS MAIS DE OUF”

 

C’est partager des premiers baisers chaotiques. Genre vraiment chaotiques.

 

C’est partager des premiers baisers qui te font flageoler les jambes, battre le coeur et vibrer tout le corps. Et réaliser que ton coeur est encore là, prêt pour les belles rencontres.

 

C’est avoir la pression de tes parents en permanence. Parce que le fait que tu ne veuilles pas d’enfants ne change rien au fait que des petits-enfants, ils en veulent eux.

 

En fait c’est avoir la pression du reste du monde.

 

C’est apprendre à s’aimer et à passer du temps avec soi-même.

 

C’est te dire que si tu es célibataire, et que Chris Hemsworth ne l’est toujours pas, c’est peut-être qu’il y a un lien de corrélation.

 

C’est se raconter nos histoires entre potes / copines en mangeant une omelette et en se disant que “non mais quand-même y’a qu’à Paris que ça arrive”.

 

C’est appeler des copines qui vivent à l’étranger et dire “Oh my Gosh I thought it only happened in Paris”

 

C’est se dire que l’inconnu est à chaque coin de rue. Que ce soit le bon inconnu, ou l’inconnu tout court.

Facebook Twitter Email
Ce contenu a été publié dans Mon histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.