Dry January

 

Dry January, c’est un principe qui vient d’Outre-Manche (vous avez remarqué comme TOUT venait toujours d’Outre-Manche ou d’Outre-Atlantique ? C’est fou ça ? On a rien inventé nous à Paris ou quoi ? C’est incroyable ça quand-même d’être toujours à la bourre pour un paquet de trucs alors que l’on se trouve dans une ville tellement cool) (fin de la parenthèse qui fait trois chapitres) et qui consiste à ne pas boire une goutte d’alcool pendant tout le mois de janvier, histoire de remettre les compteurs à zéro pour l’année à venir.

 

J’ai décidé de le faire, parce que :

 

1 – Ça me faisait un article

2 – C’était ça ou faire un mois sans râler et j’étais pas prête

3 – J’ai proposé ça dans le vide mais j’avais des témoins donc je ne pouvais pas faire marche arrière sans passer pour une lâche

4 – Je ne m’étais pas rendue compte que le mois de janvier était long. Très long.

 

Mais ça m’a surtout permis de me rendre compte à quel point les occasions invitant à boire de l’alcool étaient nombreuses. Quand on met côte à côte tous les pots de départ / anniversaires / « pfff quelle semaine de merde » / soirées / « un petit coup de cidre avec la galette ? / petit Mimosa avec le brunch ? / J’ai un pote qui mixe dans ce bar / J’connais le bartender / J’ai un pote canon à te présenter / Allez juste un verre / Ça a ouvert cette semaine / On arrose mon nouveau job / J’en peux plus de mon job il me faut un verre… et bah ça fait une sacrée gueule de bois, et l’équivalent financier de trois tours du monde noyés dans des litres de gins tonics / vin rouge / whisky / whatever your poison is.

 

Et histoire de ne pas tirer un trait sur ma vie sociale, j’ai trouvé quelques astuces pour ne pas se retrouver seule dans le noir un vendredi soir à boire un Perrier en se demandant pourquoi est-ce que l’on s’est lancé dans cette belle aventure.

 

Tips 1 / Initier les sorties

 

Don’t : Si l’on nous propose de boire un verre / sortir en boîte / aller en soirée et que l’on dit non, on est la/le relou de service qui n’a pas envie d’être social(e). Il ne faut donc par conséquent pas refuser TOUT ce que l’on nous propose, sous couvert de ne plus avoir d’amis. Jamais.

 

Do : Proposer des choses différentes qui fonctionnent avec notre façon d’aborder ce mois de janvier. En proposant des expos, des déjeuners, ou des brunchs. Comme ça les gens ont l’impression qu’on met un point d’honneur à se cultiver et à manger des œufs bénédicte. On garde donc nos amis, on essaie de nouveaux endroits, et on respecte notre dry january. Et ouais.

 

 

Tips 2 / Annoncer le game

 

Don’t : Faire un changement radical dans sa façon de vivre et ne pas en informer les gens c’est le meilleur moyen de faire les gens se poser des questions (« Ouais elle doit être enceinte ») et risquer de ne pas tenir son pari et de craquer au bout de 72H en buvant une pinte de Pina Colada (« OSEEEEEF Dry January »).

 

Do : Le dire, avec un air fier, parce qu’on aime relever des défis et que c’est cool de sortir des sentiers battus et de s’imposer des expériences qui nous font vivre différemment pendant quelques semaines – bon c’est pas non plus l’ascension de l’Everest hein, mais quand-même, notre Perrier aurait presque un petit goût de victoire en attendant d’avoir un goût de Cosmo.

 

Tips 3 / Faire ce que l’on a vraiment envie de faire

 

Don’t : L’alcool, ça désinhibe c’est bien connu, on se retrouve avec un côté YOLO et on se sent l’âme d’une Beyoncé alors qu’en vrai entre chaleur et yeux vitreux on se rapproche dangereusement de la tête d’un Iggy Pop. Alors parfois, continuer de sortir dans les endroits qu’on a l’habitude de fréquenter après deux ou trois pintes peut s’avérer troublant quand on sirote un jus de cranberry. Sans vodka. Oui je m’adresse à toi, qui t’es retrouvé au Rex imbibé de Perrier un vendredi soir. Surprenant hein ?

 

Do : Se coucher à 22H un vendredi soir si l’on a envie de se coucher à 22h un vendredi soir, et toiser les gens exerçant le walk of shame le samedi à 8h du matin, frais comme un gardon dans ta tenue de running.

 

 

Personnellement je vais poursuivre ce dry january avec un dry february.

Ou pas. On sait pas.

 

Si on sait.

 

Santé

Facebook Twitter Email