« Haha »

Mais qu’est-ce que l’on multitask bordel. Que celui qui n’a jamais mangé un pad thaï au téléphone en écrivant un mail me jette la première pousse de soja.

J’ai beau me dire que c’est parce que l’on s’améliore que l’on a tendance à faire ça, j’ai surtout l’impression que c’est parce que l’on manque cruellement de temps. Du moins de temps de qualité. Du coup, on essaie de faire rentrer des journées de 16h dans des plages horaire de 10h. Résultat ; il y a du pad thaï sur mon mac et j’ai dit “bisous” au mec des impôts.

Du coup pour gagner du temps, on a tendance à mettre des automatismes en place. Des automatismes qui vont nous faire gagner quelques secondes qui ne changent pas grand chose. Mais un peu comme l’apologie de l’automne dans les magazines féminins dès septembre ; on n’y peut rien, il est là, qu’on le veuille ou non.

Et parmi ces automatismes ; le “haha” écrit. Si si, tu le connais. C’est le haha de politesse parce qu’il y a marqué que tu avais lu le message sur Facebook et que tu te dois de répondre (ou de trouver comment on vire le “lu à”).

C’est le haha que tu écris sans même regarder ton clavier, les yeux allant déjà d’un article de Vice que tu oublieras 8 secondes plus tard, à un onglet Deliveroo que tu checkes déjà alors qu’il n’est que 10h37.

4 petites lettres pour clore une conversation / montrer à ton interlocuteur que tu n’as pas le temps de continuer à parler / (mais que tu es poli donc) / avoir un truc à envoyer même quand tu as zéro notification mais que tu attends un rdv et donc te donner une contenance

Et les autres “ah” ou “haha”, on en parle ou pas ?

HA-HA ! = Je te l’avais dit bordel !

Exemple :

– Et en fait quand j’ai ouvert les yeux, il ne ressemblait pas DU TOUT au mec du bar. En fait il ne ressemblait à rien que tu veuilles voir un dimanche dans ton lit après avoir bu 76 euros de Gin Tonic en l’espace de 3h. Dixit tes tickets de caisse.

– HA-HA !

Ahhhhhh = Ah bah oui là j’ai compris

Exemple :

– Mais c’est pas qu’il a quelqu’un. C’est juste que le jour où il aura quelqu’un, bah le quelqu’un ce sera un mec, donc j’ai beau faire n’importe quoi, ça me paraît ambitieux.

– Hein ?

– Il est gay putain

– Ahhhhhh

Ah. = Merde.

Exemple :

– Et j’étais tellement stressée qu’au lieu de boire mon verre j’ai failli boire la bougie. Du coup non, il ne rappellera pas, et j’ai une brûlure au 2ème degré sur la lèvre.

– Ah.

Hahaha = C’est drôle. Un “ha” plus drôle que moi qui m’en fous, donc c’est drôle. Mais je suis quand-même occupé(e).

Exemple :

– Et quand j’ai raconté mon histoire de bougie au mec des urgences il a tellement ri qu’il a dû sortir de la pièce pour se remettre de ses émotions. Et oui, il était canon.

– Hahaha

Y’a pas à dire, on en a fait du chemin depuis le lol.

Facebook Twitter Email