Il s’agirait de grandir… Il s’agirait de grandir

 

Entre trois paquets de Dragibus et deux épisodes de Malcolm in the middle, on fait des choses d’adulte, pour garder son job / ne pas aller en prison / se la péter 23 secondes. Et pendant ces moments-là, j’ai l’impression d’être grande, genre une vraie adulte qui boit du vin rouge dans sa baignoire en lisant Dostoievski, et en écoutant du Chopin. Alors qu’en vrai on boit toujours des Gins tonics dans des bars qui collent aux New Balance en écoutant Superpoze.

Et Dostoievski, c’est pas si fou que ça.

Ouais, je l’ai dit ouais.

 

 

On utilise du sel aux herbes parce que c’est meilleur pour la santé.

 

On loue des voitures.

 

On remplit ses impôts (enfin on va le faire bientôt. Demain promis. Ou en rentrant de vacances)

 

On se prépare à manger pour le lendemain.

 

On participe à des briefs / calls / enregistrements / shootings / appels d’offre.

 

On utilise des lingettes Decolor Stop, ou PIRE, on sépare le noir, du blanc et des couleurs.

 

On repasse.

 

On va au marché.

 

On goûte le vin pour dire s’il peut être servi. Enfin on fait semblant quoi.

 

On prend des décisions.

 

On regonfle ses coussins quand quelqu’un se lève du fauteuil club

 

Au resto, on boit un café-pas-de-dessert-merci-ouh-putain-prête-moi-ta-crème-brulee-pitié

 

On se présente en disant son nom de famille.

 

On relève le compteur EDF en se plantant de truc à relever.

 

On va chez le poissonnier.

 

On met des documents dans des pochettes. Et. On. Range. Les. Fuckin’. Pochettes.

 

 

 

 

Facebook Twitter Email