La dualité

 

 

Parfois je me dis que deux vies ne seraient pas de trop.

 

Je vous évite le couplet du « pas assez de temps pour tout faire », parce que si je passais moitié moins de temps à regarder OITNB et à lire Vogue, je pourrais être championne du monde de waterpolo / repasser ma chemise que nonfranchementjenepeuxdécemmentpaslamettrepasrepassée / aller acheter une ampoule pour ma foutue lampe de chevet (et monter la table de chevet sur laquelle elle se trouve, tant qu’on y est)

 

Mais deux vies seraient bien pour éviter de s’auto flageller sur ce que l’on ne fait pas, ou que l’on fait seulement les jours impairs. Et les jours pairs alors ?

 

Bah les jours pairs c’est le bordel.

 

On commence toujours la semaine plein de bonnes résolutions, genre thé vert à gogo et coucher à 23h30 max, sans écran minimum 1h avant de s’endormir, lever 30 minutes avant l’heure habituelle pour aller se faire un petit running des familles, et puis, bizarrement, à partir du jeudi mercredi, on s’enfile des Shokobons en utilisant la technique du retirage de papier avec les dents / on se rend compte qu’il est 3h du matin, qu’on en est au 7ème gin tonic / on fume 23 clopes en l’espace de 4 bars / on boit du Coca à 10h du matin en se disant que peut-être que si l’on s’enquillait 3L de Rooibos, ça annulerait le truc

 

Un peu comme commander une salade avec sa raclette.

 

Qui tu crois duper toi là-bas ?

 

Alors je me dis qu’il nous faudrait une double vie. Ou des double journées. Dans l’une d’elles, on serait un peu comme une Jessica Alba voyez-vous ; tout bio, du sport en veux-tu en voilà, 2L d’eau par jour, jamais de soleil à part planquée sous un SPF 70 (si ça existe – en Nouvelle-Zélande), lui-même planqué sous un chapeau, lui-même planqué sous un parasol, du muesli arrosé de lait d’amande tous les matins, pas de cigarette/drogue/alcool/whatever it’s not good for you, une vie dans un endroit non pollué où tu ne perds pas 19 minutes de vie dès que tu respires un grand coup (ici c’est Paris) avec une seule et même personne à aimer tout au long de ta vie, le tout sous fond du bruit de l’océan pour seuls écouteurs.

 

Et dans l’autre, on serait un peu comme Cameron Diaz (chacun ses références) (on ne juge toujours pas). Exposition au soleil avec une protection 15, même pas peur, œufs mollets+saumon+avocat au p’tit dej, Margaritas le mercredi, 6h de sommeil, 12h/jour scotché sur son écran, « Les gars je vous présente Roger », ville polluée, cigarette/drogue/alcool/whatever it’s not good for you but you don’t give a s**t, « Les gars je vous présente Jean-Mi », Gin Tonics le jeudi, 5 cafés/jour, Long Islands le vendredi, orgie de Dragibus, Gesaffelstein dans les oreilles, « Les gars je vous présente Georges », Cosmos le samedi.

 

 

Mais en attendant de pouvoir mener une double vie au sens propre du terme, pour ceux qui veulent mêler côté healthy avec vie qui pique, je rappelle que dans le Long Island, il y a du thé.

 

 

Bien à vous, et de la bipolarité.

 

 

 

 

 

 

Facebook Twitter Email