L’accomplissement

 

Je sais pas pour vous, mais quand je ressens un sentiment d’accomplissement, j’ai l’impression d’avoir les poumons bien gonflés, l’œil vif et le cheveu brillant. Un peu comme un lévrier afghan qui viendrait de gagner la première place.

 

Oui on se sent comme un chien de course, mais un chien stylé.

 

Souvent, cela concerne des réussites sur le long terme ; l’obtention d’un diplôme, le gain d’une compétition, le fait de se débrouiller seul quand on part de chez ses parents, le booking de ses premières vacances…

 

Mais parfois, on ressent cette sensation grâce à des petites choses de la vie courante, et c’est comme sentir les pages toutes jaunes d’un bouquin ; réconfortant. Et on a envie de hurler en caps lock, au monde entier : C’EST QUI LE BY-O-ÈS-ÈS !!!!!

 

 

Quand on réussit à mettre sa housse de couette du premier coup. Sans se tromper de sens. Sans se tromper de ce sens-là non plus. Sans casser un vase. Et sans se claquer un muscle.

 

Quand on réussit à ouvrir une bouteille de vin du premier coup. Sans casser son tire-bouchon, sans se faire une coupure de 3 centimètres, et en continuant sa conversation sans même lâcher son interlocuteur du regard.

 

Quand on finit son running sans 23 points de côté, sans vraiment transpirer, et que le runner canon en face de nous nous reluque en souriant.

 

Quand on réussit une fishtail braid / son trait de liner / à mettre ses collants sans les filer / à poser son vernis sans tout bousiller 4 secondes plus tard.

 

Quand on réussit son créneau du premier coup, en détente, Ray Ban sur le nez. Attention de ne pas cogner sa portière contre le trottoir en sortant de la voiture, sinon on a juste l’air con avec nos Ray Ban que l’on doit enlever pour voir si l’on a vraiment abimé sa voiture ou pas.

 

Quand une personne issue de notre boulot nous demande spécifiquement notre avis à nous. Et qu’elle l’écoute. Et qu’elle l’applique.

 

Quand on claque un revers qui passe au tennis à 8h47 du matin et qu’on a l’impression d’être sur le Langlen.

 

Quand on réussit à monter un meuble. Un peu à l’envers, certes, mais monté quand-même.

 

Quand on finit le lavage hebdomadaire de son chez soi.

 

Quand on trie ses papiers. Et pas trier genre on met tout dans la pochette « à trier ». Genre trier, trier.

 

Quand on a déclaré ses impôts, fait ses courses, reçu sa carte de mutuelle, et vu l’expo qu’on voulait voir depuis 3 semaines, le tout dans la même journée, et qu’il n’est même pas 15h.

 

Quand on refait son CV / sa lettre de motivation / son book.

 

Quand on cuisine un vrai plat et que l’on s’en garde dans un Tupperware pour un déjeuner plus tard dans la semaine.

 

Quand on fait un cocktail à ses ami(e)s et que l’on a le verre spécial cocktail qui va avec.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook Twitter Email