L’aplomb

Dimanche soir, alors que j’étais au concert de La Crim (parce que visiblement on est de retour dans les 90’s, de toute façon le jour où j’ai acheté un sweat Fila sur Asos il y a trois ans, j’ai senti quelque chose se tramait)

Donc j’étais au concert de La Crim au Zenith, et alors que je regardais les gens qui m’entouraient tout en dodelinant poliment de la tête (la meuf avec un sac à dos qui pensait être à un set de Nina Kravitz, c’était moi), je me suis dit qu’il y avait quand-même un sacré paquet de gens qui fumaient des joints tellement gros que j’arrivais à les voir sans mes lunettes.

Les mecs de la sécurité se baladaient avec leur air qui te dit “Je vais te désosser avec la force de ma mâchoire” et leurs 110 kilos, tout en style, et regardaient les fumeurs, tout en détente.

 

Après une rapide vérification pour être sûre que je n’avais pas raté une légalisation qui serait passée cette semaine, je me suis demandée comment les mecs arrivaient à faire passer un truc illégal dans une salle de concert, devant 3000 personnes, sans même sourciller.

Parce que les gens qui font des trucs osés, qu’ils soient juste couillus, ou totalement illégaux, il y en a un paquet, toi-même tu le sais, et clairement, ils se rangent dans plusieurs catégories.

 

La “déso j’avais pas vu”

 

Il y a beaucoup de gens qui sont de mauvaise foi. Toi-même parfois tu es de ces gens-là parfois. Non ? Mytho. Tu vois, mauvais foi. La mauvaise foi, c’est un peu la technique de ninja, celle sur laquelle tu te rabats quand tu n’as pas trop le courage de tenter l’une des techniques suivantes. Tu te retrouves au pied du mur, ton assaillant de regarde droit dans les yeux en te demandant “Non mais t’as cru quoi là ?”, tu paniques et décides de jouer cette carte de l’ultime mauvaise foi, parce qu’après tout, YOLO.

 

Exemple de situation

 

Tu es au bar, tentant subtilement (non) d’attirer l’attention du bartender pour commander

– Une Caïpi, deux Americanos, un gin to et un Spritz stp

– Hein ?

– UNE CAIPI, DEUX AMERICANOS, UN GIN TO ET UN SPRITZ

– Parle plus fort j’comprends rien

– VAZI CINQ PINTES DE BLONDE STP

 

Et alors que tu finis par enfin faire un eye contact pertinent pour commander à boire, une zouz en talons indécemment hauts se sert de ses boobs comme de boucliers pour se frayer un chemin vers le bar et te dégage sans pression avant de commander quatre Mojitos pour ses cops et elle “Parce que bon ce soir on se permet un peu de folies quand-même”.

 

Bitch.

 

Et alors que tu le regardes pour lui faire comprendre que “WHAT DA HELL”, ses boobs et elle se placent face à toi pour te lancer un “Oh, tu attendais pour commander ? Déso, j’avais pas vu”.

 

La “BALEK de l’éducation kestuvafèr”

 

Elle c’est une catégorie que les gens ne choisissent en général pas car seuls les malotrus et malpolis sont dedans, et parfois même sans le vouloir.

 

Exemple de situation

 

Le mec est confortablement installé sur sa place assise sur laquelle il s’est jeté dès que tout le monde est sorti à République, il n’a évidemment pas pris la peine de descendre de la rame alors que 43 personnes derrière lui souhaitaient sortir, de peur de… de peur de quoi d’ailleurs ? Que le métro parte sans toi et que tu doives attendre 2min pour prendre le prochain ?

Il s’est donc jeté sur sa place, et, fier comme un paon mal élevé, alors qu’une vieille dame cherche visiblement une place assise, fait semblant d’être plongé dans une lecture passionnante sur son iPhone 10 et ne daigne pas lever son fessier constitué de flemme et de UberEats.

La “J’ai plus d’aplomb que Damso” également appelée la “Ouais, et ?”

 

Alors celle-là c’est ma pref parce qu’elle nécessite réellement d’avoir une confiance en soi assez incroyable. Elle est simple, efficace, et a le don de troubler la personne en face qui ne s’attend certainement pas à ce qu’une personne, totalement en tort, daigne lui tenir tête. A chaque fois que je rencontre une personne qui joue cette carte, je reste un peu admirative. J’ai envie de lui casser les deux genoux, mais je suis quand-même admirative.

 

Exemples de situation (je vous en mets plusieurs comme ça vous voyez bien la simplicité de la technique)

 

– Monsieur, vous fumez alors que c’est un espace non-fumeur

– Ouais, et ?

 

– Madame, vous venez de me doubler dans la file d’attente

– Ouais, et ?

 

– Les gars il est 20h, on avait rendez-vous à 19h. On a raté la séance.

– Ouais, et ?

La ”Vazi j’en fous tsé quoi chui un peu pété.e”

Bon celle-là on l’a tous connue, en général un peu tard dans la nuit, quand notre reflet dans la glace nous paraît ultra sexy alors qu’on a en réalité l’oeil vitreux et la drague libidineuse mais que l’on ne s’en rend pas compte, faute de pintes en trop grand nombre.

 

Exemple de situation

 

– J’peux m’assoir ?

– Bah y’a pas de place là, on est déjà 4 sur la banquette

– Bah j’vais m’asseoir sur toi et puis ça ira très bien

– AH.

La “ça paaaaasse”, appelée également la “combo battement de cils + sourire colgate + mes cheveux sentent le monoï donc j’ai le droit”

 

Bon, désolée les gars, mais ça c’est souvent un truc utilisé davantage par les nanas. J’ai personnellement, des amies grâce auxquelles on a toujours des trucs à manger, sans rien débourser quand on commande un verre, seulement grâce à leurs battements de cils. Et quand ton mascara te permet de manger des kilos d’olives à l’heure de l’apéro, là je comprends l’utilité de la cosmétique.

 

Exemple de situation

 

Ma pote – Ok donc je vais prendre le plat du jour, mais sans coriandre, et avec du riz plutôt que de la purée. Et des haricots verts. Ah et je peux avoir de la sauce béarnaise aussi avec ?

Moi – La relouuuuu

Le serveur – D’accord mais pour les sauces il faut payer un supplément

Ma pote :  Oh. Mais vous savez qu’une entrecôte sans béarnaise ça n’a pas de sens, non ? (battement de cils, touchage de cheveux, sourire plus blanc que blanc)

Moi – Levage de yeux au ciel

Le serveur – Haha oui je suis bien d’accord, je vous amène une assortiment de sauce, c’est pour moi

Ma pote – Merci (battement de cils)

Moi – Putain, je vais me remettre à bouffer de la viande

Bien à vous, et de la mauvaise foi

Facebook Twitter Email