Le poids des maux

 

Chaque année, il y a un mal du siècle médical différent.

 

Logique donc.

 

Et cette année, j’ai eu l’infime conviction qu’il s’agissait du mal de ventre. À en croire les 2728 études / pharmaciennes / gens aux terrasses des cafés, le ventre est notre deuxième cerveau et si c’est le bordel dans notre tête, ça a tendance à être le bordel dans notre ventre également. Comme ça, au cas où tu te lasses de tes maux de tête à force de faire des listes et des remises en question, tu peux alterner avec les tripes qui font des nœuds.

 

How cool.

 

Le mal de ventre c’est le stress, l’angoisse, la pression, la peur, mais souvent, ce sont les non-dits. À force de prendre sur soi on « mange » nos mots, ce qui finit par être douloureux physiquement (je vous répète ce que m’ont dit les gens qui bossent dans le game) (et les gens aux terrasses des cafés donc) (il s’agirait de changer de café).

Les gens qui parviennent toujours à dire les choses sont parfois perçus comme directs (ou comme des bi**hes, au choix) mais bon, eux, au moins, ils sont bien dans leurs tripes.

Et on a tous des choses que l’on ne dit pas et que l’on aimerait dire, alors résolvez vos maux de ventre, arrêtez d’être polis.

 

Donc la prochaine fois, à la place d’un sourire Colgate crispé, vous direz plutôt…

 

 

Non tout ne va pas bien, la purée est froide, la sauce est trop salée, ça fait 12 fois que je demande de l’eau et j’avais demandé de la salade à la place de la purée. Froide. Et vu comme je suis énervée vous pouvez AUSSI m’amener un autre Sauvignon.

 

On en a pour 4h32 de train, sans compter le retard, alors toi tu te mouches, toi tu raccroches, toi tu arrêtes de taper dans mon siège, et toi t’es vachement mignon.

 

Vous m’avez mal rendu la monnaie. Tout comme hier, et la semaine dernière. Ah et celle d’avant aussi.

 

T’as un truc dans les dents.

 

Ça ne sert à rien de klaxonner BORDEL. OUAIS C’EST À TOI QUE JE PARLE. OUAIS J’AVAIS PAS VU QUE TU FAISAIS 12 TÊTES DE PLUS QUE MOI. BORDEL BIS.

 

Je m’en fous

 

Tu m’agaces. Genre vraiment.

 

Je sais pas. Je sais pas non plus, ça non plus. JE SAIS PAS !

 

 

Ce n’est pas que je n’ai pas d’avis sur la question, c’est juste que cela ne m’intéresse absolument pas. Mais alors…AB-SO-LU-MENT PAS. Genre si à la place de t’écouter je pouvais regarder un documentaire sur les coulisses du business de la pâte à sel, bah j’hésiterais même pas une seconde.

 

C’est une idée pourrie. Genre VRAIMENT pourrie. Genre un porte-clefs c’est une meilleure idée. Et un porte-clefs moche.

 

Not. Going. To. Happen.

 

Un verre à eau dans lequel tu mélanges de la vodka qui vient d’une bouteille avec écrit « wodka » en lettres rouges dessus à du jus de cranberry light, non mon grand, ce n’est pas un cosmopolitan. Même si t’as une barbe de bartender du 11ème. TUTUTUT. N’argumente pas. Et donne-moi ce shaker qu’on passe aux choses sérieuses.

 

Chers vous qui faites des malaises dans les transports toutes les 4 minutes, prenez des Velibs. Sérieux.

 

Cher monsieur à côté de moi dans visiblement toutes les lignes de métro de France et de Navarre (bon ok surtout la 9), si vous comptez être enrhumé 11 mois sur 12, MOUCHEZ-VOUS, ou mettez un pince-nez, mais pitié, arrêtez de renifler 2728191 fois entre Richelieu-Drouot et Voltaire. Bordel.

 

Bien à vous, et de la sincérité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook Twitter Email