« Non mais quand-même »

 

Dans la vie, on apprend plein de trucs.

 

On apprend les bases quand on est petits : G + A = GA, jaune + rouge = violet orange, Blopens + moquette blanche = cours pour ta vie petit, promesse de sucette après le dentiste = arnaque.

 

Puis au fur et à mesure de la vie, on accumule conseils (si j’étais toi je ne sortirais pas jusqu’à 6h un mardi), astuces (comment avoir l’air frais quand on s’est couché à 6h du matin. Un mardi donc.), savoir (comment créer un décapsuleur avec une feuille de papier, merci Carlsberg), bienséance (OUI, on sort du métro pour laisser les gens descendre de la rame, on est à Opéra un mardi et il est 19h30, ça ne sert à rien de te retourner, des gens vont FORCÉMENT descendre mon ami), respect (lève-toi de ce strapontin tout de suite ou je te jure je m’assieds sur tes genoux), choses à faire ou ne pas faire en société (« Excusez-moi mademoiselle mais vous êtes sur mes genoux là)…

 

Mais il y a un phénomène surprenant, dit le phénomène du « Non mais quand-même » (c’est pas un vrai truc) (enfin je ne crois pas) qui se passe avec des choses de la vie, que l’on est censés connaître, parce qu’évidentes, mais que l’on ne connaît pas, parce que le jour où un type devait nous expliquer comment cette dite chose marchait, on était parti acheter des gâteaux, ou on avait Klangkarussel dans les oreilles. Et du coup, on a raté le coche.

Et le truc avec ces explications, c’est qu’elles n’arrivent qu’une seule fois.

 

Par vie.

 

Et que si tu as le malheur de les réclamer, les gens te regardent, l’air surpris, en levant les yeux au ciel et en te sortant un excessivement énervant « Non mais quand même ».

 

Donc si, le jour où le Roger de « comment planter un clou » est passé, t’avais tes boules quiès, bah laisse-moi te dire que ton marteau et toi, vous allez en rester comme deux ronds de flan devant votre trou de 17 centimètres dans le mur.

 

Ouais j’utilise l’expression « en rester comme deux ronds de flan ».

 

Donc monsieur des « Non mais quand-même », pourriez-vous envoyer quelqu’un pour me dire…

 

…Comment on choisit un melon ?

 

…Comment fait-on pour laver des grands tapis ?
…Si cette histoire de zèbres non rayés est vraie ?

 

…Si du coup on met un clou en bas aussi ou pas ?

…Qui de la poule ou de l’œuf était là en premier ?

…Non mais quand on n’a plus de glaçons en soirée Margaritas et qu’on demande au bar d’en bas de chez soi, on doit les payer ou pas ?

 

…Comment fait-on pour changer la serrure de sa boîte aux lettres ? Vu qu’on n’a plus la clef et qu’il faut démonter le barillet depuis l’intérieur ?

 

…Pourquoi, POURQUOI, le coiffeur fait le soin sur les cheveux qu’il va me couper ? Il utilise plus de produits, mes cheveux soignés sont par terre et personne n’est content.

 

…Comment accroche-t-on un tableau sur un mur incliné ?

 

…Mais du coup l’assurance « gens » c’est la carte Vitale ?

 

 

 

Facebook Twitter Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *