Only Google can judge me

 

 

Parfois j’ai l’impression que Google, c’est mon ami.

Pas genre « Google is your friend » (J’ai envie d’abattre avec une scie sauteuse les gens qui me répondent ça quand je pose une question) (genre t’as plus le droit de poser des questions aux humains) (fuckin cyborg), mais genre on pourrait aller boire un Cosmo ensemble et tout.

 

C’est un peu comme Slack.

Vous connaissez Slack ? C’est trop bien. Enfin c’est msn 2015 quoi. Sauf qu’on peut programmer le « Slackbot », le truc qui te répond automatiquement, le gens qui te parle mais qui n’existe pas en vrai. Du coup parfois quand on dit un mot, il est programmé pour nous répondre, et du coup j’ai l’impression que c’est un vrai gens. J’suis à deux doigts de lui demander s’il a un truc de prévu jeudi soir.

 

Et donc Google, j’ai l’impression que c’est un peu mon pote, il me donne plein d’infos sur ce que je recherche, j’ai parfois envie de lui mettre des petites tapes derrière la tête quand il me plante alors que j’avais organisé la combo thé / plaid / Dragibus avant de regarder pour la 7281916372 ème fois Hot Fuzz, je me sens un peu moins seule quand je pose une question qu’un mec a déjà posé sur Yahoo Answer…

 

Mais du coup, j’ai parfois l’impression qu’il va me juger.

Ouais ouais les amis ça ne juge pas blahblah. On juge TOUS. Vous même vous le savez.

Du coup je me dis que j’aimerais qu’il me juge, mais de façon coolos voyez-vous ?

 

Par exemple quand je demande : « Combien de temps pour la cuisson des patates douces », je me sens nulle, genre grosse lacune patate doucière, le Roger de la patate douce a du passer le jour où j’étais au Badaboum en train de me faire renverser du Gin Tonic dessus alors que j’étais déguisée en Kiss.

 

Mais moi, j’aimerais que Google me réponde : « Wow tu manges des patates douces ? Genre tu te fais tes purées toi-même et tout ? C’est bien ma grande, tu iras loin, ou du moins tu n’auras pas les artères bouchées par toute la saloperie de sel qu’ils foutent dans les plats tout prêts. »

 

 

Ou quand je demande « Is Stephen Moore single ? » et que je me dis que si un jour je me fais voler mon Mac, le mec va tellement se marrer en regardant mon historique qu’il aura gagné sa journée.

Et mon Mac donc.

Mais il y a cette petite voix dans ma tête qui me dit que quand-même, on s’en fout qu’il soit célibataire, parce que :

1 – C’est Stephen Moore

2 – Il habite en Australie

3 - C’est Stephen Moore.

Mais j’aimerais, J’AIMERAIS très fort que Google me dise : « Stephen Moore ? Mais t’as craqué mon poussin, il est naze lui, il ressemble à Voldemort qui aurait fait une allergie alimentaire (c’est comme Candyman si je dis Voldemort, genre je meurs et tout) (j’ai jamais regardé le deuxième volet du dernier Harry Potter) (c’est grave ?), si j’étais toi j’enverrais un mot d’amour à Carter, en plus il joue au Racing 92 donc plus pratique niveau trajet. Allez lance-toi, you’re a winner »

 

Ou quand je tape : « Où courir dans le 1er ? », je me dis que c’est aux Tuileries, donc à 23 mètres de chez moi, qu’il faudrait que j’aille, que je le sais, mais que je me cherche juste une énième excuse pour continuer de laisser la poussière s’accumuler sur mes chaussures de running.

Et j’aimerais que Google me dise : « Courir ? Mais pour quoi faire ? T’es bonne. Juste détends-toi un peu du Dragibus et tout ira bien. »

 

C’est bizarre ces gens/choses qui ne font pas partie de notre vraie vie mais dont on se sent proches hein ? Un peu comme le livreur de Pizza Hut en fait.

 

Bien à vous, et de la Cheezy Crust

 

 

 

 

 

 

Facebook Twitter Email