vivre seul.e

 

J’ai vécu toute seule assez tôt étant donné que j’ai passé mon adolescence en Province, et que retourner vivre à Paris impliquait alors de prendre un appartement. Les débuts ont été aussi drôles que chaotiques (je me suis nourrie de Kinder Country matin midi et soir les trois premiers mois) et j’avais un sentiment de liberté incroyable dans ce 23m carré mal isolé qui me permettait de communiquer avec mes voisins du dessus à travers le plafond. Ce qui s’avérait plutôt pratique quand il s’agissait de leur dire que leur enfant qui faisait du roller à 3h du matin un mardi, c’était plutôt pénible, surtout la veille de mes partiels. Puis j’ai rencontré l’amour, et les trois années qui ont suivi, je partageais mon appartement et n’habitais seule plus que sur le bail. S’en sont suivies des années à deux pour que finalement, je redécouvre les joies de vivre avec soi-même.

 

Et si j’écris cet article aujourd’hui, c’est parce que cela fait plus de 4 ans que j’habite dans le même appartement que j’aime, et dans lequel je me sens vraiment chez moi. Et même si je pense de plus en plus à intégrer une éco-colocation pour avoir davantage de nature et pouvoir faire des omelettes aux gens le matin (j’adore faire le petit déjeuner pour les autres, ça met les gens de tellement bonne humeur ça me rend toute chose), il y a quand-même beaucoup de côtés merveilleux à vivre seul.e.

 

# Passer la journée à ne rien faire. Genre rien du tout.

Paris c’est beau, c’est grand, c’est culturel et il y a toujours quelque chose à faire. Et c’est quelque chose d’assez merveilleux. Mais les dimanches de novembre, j’ai beau me lever pleine d’entrain, plus motivée que jamais à aller me balader pour profiter d’un peu de solitude et de la ville dans laquelle je vis, les averses couplées au ciel gris qui semble se tenir à quelques centimètres de nos têtes me volent toute ma motivation et me font rester en pyjama, et dans mon lit. S’en suit alors un ballet merveilleux composé de lecture, allumage de bougie, Netflix, pâtes au cheddar et grignotage intempestif.

Et il n’y a personne, PERSONNE pour me juger.

 

# Être un.e obsédé.e de l’ordre

J’aime bien quand c’est rangé. Genre vraiment rangé. Il faut que tout soit aligné, nickel chrome, que tout sente bon et que mon appartement ressemble à un appartement témoin. Cela n’enlève rien au fait qu’il soit super cosy, mais cosy made.com. Pas cosy vide-grenier de Saint-Marcel-lès-Valence. Je sais que cette obsession ne peut pas être comprise de tous, et que certaines personnes ne voient pas l’utilité de cette envie perpétuelle d’ordre. En attendant, si je me fais cambrioler, je suis sûre que la première chose que le cambrioleur se dira, c’est qu’il s’apprête à voler quelqu’un d’organisé. Et qu’il aura des remords, repartant sans rien prendre, et alignant mon paillasson avec le pas de ma porte.

 

# Etre ridicule, à l’abri des regards

J’ai failli glisser en sortant de la douche et mourir plus de fois qu’on ne peut l’imaginer. Parfois il y a des gens, alors je crie “OMAGAD J’AI FAILLI MOURIR”, et les gens se moquent, évidemment. Et parfois il n’y a personne. Alors je vois ma vie défiler sous mes yeux, je sors de la salle de bain, heureuse que personne n’ait pu témoigner de cette presque chute ridicule et du son suraigu qui est sorti de ma bouche, avant de retourner dans la salle de bain et de glisser de nouveau sur la flaque d’eau que j’ai laissée.

Pouvoir faire tomber mon téléphone sur ma tête en écrivant un message allongée sur le dos, sans que personne ne se moque pendant beaucoup trop longtemps.

Se faire des masques d’argile et ne pas pouvoir téléphoner parce que le masque a séché et que l’on a oublié de le rincer, nous empêchant tout mouvement de faciès.

 

# Choisir sa déco

Que l’on soit plutôt branché minimalisme scandinave, bordel réconfortant ou coussins roses en forme de coeur et waterbed ; c’est toi qui prends les décisions sans rien demander à personne.

 

# Ecouter des trucs pourris

Parce qu’écouter Ed Sheeran x Justin Bieber dans le métro est une option bien trop risquée, on préfèrera l’écouter à l’abris des oreilles indiscrètes, en lavant son appartement avec frénésie. Après si t’as des vues sur ton voisin, il faut assumer quand vous vous croisez dans la cage d’escalier.

 

# Manger de façon glamour-ish

Que celui qui n’a jamais mangé une pizza en la roulant sur elle-même sans même la couper en parts me jette la première cheesy crust.

 

Facebook Twitter Email
Ce contenu a été publié dans Mon histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.