We gotta talk

J’adore parler. J’adore débattre, refaire le match, m’étendre sur la photo d’un film, dire que “quand-même 10€ la pinte ils exagèrent”, j’aime bien raconter, storyteller, narrer, rigoler, plaisanter, répéter “Meuf tu me l’as déjà raconté hier…”, demander l’avis des autres, ne pas écouter l’avis des autres “agree to disagree”. J’aime bien hurler, chuchoter, détailler, analyser, susurrer.

Mais si tant est que j’aime m’exprimer et écouter le reste du monde le faire, je pense que dans certaines situations, il devrait être obligatoire… de se taire.

Aux toilettes

Qu’est-ce que c’est que cette manie que de parler à quelqu’un de l’autre côté de la porte des toilettes. Si je vais là-bas, c’est pas pour débattre de pourquoi le dernier Jim Jarmush était nul. Alors attends, je reviens, et on en parle. La seule situation dans laquelle on peut se parler à travers cette porte c’est entre nanas, en boite, à 12 grammes. Non négociable.

En écrivant un message

Nous sommes une génération qui avons les yeux rivés sur notre écran. C’est mal. Et surtout, c’est malpoli. C’est pour ça que je ne sors pas mon téléphone au restaurant, ou que, quand j’écoute quelqu’un, je l’écoute vraiment. Pas avec un oeil sur facebook. Mais parfois, on doit répondre à un message / mail / whatsapp. Du coup on s’excuse “désolée mais je dois vraiment répondre à mon père / boss / plan cul ”. Comme ça, on annonce qu’on est conscient de faire quelque chose malpoli et qu’on met la conversation entre parenthèses pendant deux minutes, mais on s’excuse en le faisant.

Alors pourquoi, pourquoi, POURQUOI est-ce que la personne continuerait de parler ? On a dit qu’on revenait dans deux minutes, attends donc avant de poursuivre. Sinon, toi tu parles, et je ne t’écoute pas, moi j’envoie “j’ai envie de toi” à mon boss au lieu de l’envoyer à Roger, et je n’ai toujours pas répondu à mon père. Donc personne n’est content.

Pendant les pubs au cinéma

Vous savez combien de temps ça prend d’imaginer / produire une pub ? Longtemps. Très longtemps. Et ça coûte cher. Et ça prend énormément d’énergie. Et puis la pub souvent c’est nul, mais parfois, c’est beau. Alors au prix de votre place de ciné, commencez à porter votre attention sur l’écran dès votre installation dans les fauteuils rouges feutrés.

Au lit

“T’aimes ça ?” “J’y vais plus fort ?” “T’as envie de quoi ?”.

Bah là du coup j’ai très envie que tu te taises, parce que si je dois commencer à lister mes réponses dans ma tête tellement tu sollicites mon cerveau ça ne va pas aller. Je sais que certain.e.s aiment ça. Mais franchement, respirez entre deux questions, sinon ça épuise. Et pas dans le bon sens de la chose.

 

Au cinéma tout court

Je m’en fouuuuus que le mec ce soit celui qui joue dans le film de tu sais pas qui mais si le mec qui sortait avec la nana de la série là.

Je m’en cogne. Arrête de parler. Liste tes questions et on en parle APRÈS. Voilà, comme pour le lit en fait. On peut même s’envoyer en l’air au cinéma comme ça ça fait une pierre deux coups. Vous voyez, on trouve toujours des solutions.

Bien à vous, et du silence.

Facebook Twitter Email
Ce contenu a été publié dans Mon histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.